Une erreur est survenue dans ce gadget

dimanche 27 janvier 2008

Vive le Féminisme...


VOILA! je le dis haut et fort,heureusement qu'il y a eu des femmes courageuses, qui se sont exprimées,qui ont réfléchi, et qui se sont regroupées pour agir...
Depuis quelques temps, ce terme est presque vécu comme un gros mot...Hé bien, NON! je revendique le féminisme, je le trouve toujours fondé, important, fondamental.
Pauvre fille, celle qui critique de façon aveugle et peu documentée, le féminisme.
Pour les gars, à eux de savoir se situer...
bien à vous...
P.S:adam et eve (nov, déc 2007)

lundi 21 janvier 2008

sur les conseils de flybird!!


L'ILET DE GOSIER

J'en ai profité pour faire de la plongée sous marine...sympa les petits poissons, algues et coraux de toutes sortes...le barracuda, impressionnant quand même...

dimanche 20 janvier 2008

au marché de sainte anne


on y trouve des couleurs, des odeurs d'épices, des objets curieux(sculptés dans la noix de coco)et des punchs de toutes sortes...

samedi 19 janvier 2008

saint john perse



J'ai découvert la littérature d'Alexis Leger, dont j'ai visité la maison transformée en musée à Pointe-à-Pitre (la pointe de peter)...
J'ai aimé ce destin fabuleux...

j'espère que vous allez tous bien...je vais venir vous visiter!!week end cool!j'ai assez de kms dans les ailes...13000 aller-retour, à 1100kmsà l'heure, à -50°, et à 10000 m 'altitude...entre nous, j'en suis encore épatée, c'est fou!
bises à tous

lundi 14 janvier 2008

au dessus des nuages...


ça plane!!

jeudi 10 janvier 2008

l'insoutenable légèreté de l'être...


Je vais être légère demain, puisque pendant Huit heures je vais flotter à la poursuite du soleil...jusqu'en Guadeloupe. Je vous rapporterai(enfin j'espère!) de jolies photos pour égayer ce froid, humide et sombre hiver que je vais oublier l'espace d'une semaine.

Bises à tous.

dimanche 6 janvier 2008

...

la joie est notre évasion hors du temps...

samedi 5 janvier 2008

VON GOETHE...


Extrait du "SERPENT VERT"
.........
À peine furent-ils arrivés sur l’autre bord, que, selon sa coutume, l’arche se mit à balancer et à s’approcher de l’eau avec des mouvements ondulatoires ; bientôt le serpent s’avança vers la rive, la corbeille se posa par terre, et le reptile se roula de nouveau en cercle alentour. Le vieillard s’inclina devant le serpent et lui dit :

« Quelle résolution as-tu prise ?
- De me sacrifier avant qu’on me sacrifie. Promets-moi que tu ne laisseras aucune pierre sur le bord. »

Le vieillard le promit, et, là-dessus, il dit au Beau lis :

« Touche le serpent de ta main gauche et ton amant de la main droite. »

Le Lis se mit à genoux ; elle toucha le serpent et le corps inanimé. À l’instant même, le jeune homme parut revenir à la vie ; il remua dans la corbeille ; il se redressa même et s’assit. La belle voulut l’embrasser ; mais le vieillard la retint ; il aida le jeune homme à se lever, et le soutint, comme il sortait de la corbeille et du cercle.

Le prince était debout, le serin voltigeait sur ses épaules ; la vie leur était revenue à tous deux, mais pas encore l’esprit ; le bel ami avait les yeux ouverts et ne voyait pas, du moins il semblait regarder tout avec indifférence. À peine la surprise causée par cet événement fut-elle un peu apaisée, qu’on remarqua tout à coup la singulière métamorphose que le serpent avait subie. Son beau corps, à la forme élancée, s’était séparé en mille et mille brillantes pierreries ; la vieille, en voulant prendre sa corbeille, l’avait heurté par mégarde, et l’on ne voyait plus rien de la forme du serpent, mais seulement un beau cercle de pierres étincelantes, semées sur le gazon.

Aussitôt le vieillard se disposa à les recueillir dans la corbeille ; sa femme dut l’aider dans ce travail. Puis ils portèrent tous deux la corbeille au bord de l’eau dans un endroit élevé, et le vieillard, au grand chagrin de la belle et de sa femme, qui auraient fort désiré d’en choisir quelques-unes pour elles, jeta toute la charge dans la rivière. Comme des étoiles scintillantes, les pierres voguèrent avec les flots, et l’on ne put distinguer si elles se perdirent dans le lointain ou si elles enfoncèrent....

Inspiration! A vous.
PS: photo prise en Islande, 2006.

belle année à tous!!



L'ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l'imagination.
[ Paul Claudel ]
Extrait de Le Soulier de satin

c'est pourquoi, en ce début d'année, je dois aussi remettre un peu d'ordre dans ma maison!!..ré-incarnée en chat, ça m'irait bien...ma koca m'observe paisiblement alors que je m'agite dans tous les sens!

A bientôt...