Une erreur est survenue dans ce gadget

vendredi 18 décembre 2009

une fenêtre



elle n'a pas l'air de vouloir s'ouvrir...elle est close, mais pas muette.
elle reflète son environnement
qu'elle embellit
quoi, derrière ces vitres colorées?
peut-être un vide insondable
l'inconnu
le néant
peut-être une multitude
qui attend
et souffre en silence
qui appelle...

un trou, comme celui des halles jadis
où s'érigea un forum silencieux
et bruyant de mercantilisme

des profondeurs abyssales
le bleu marin

l'espoir
rime avec déboires
et noir

je préfère le soleil lavant la nuit de ses cauchemerdes

et il y a l'amour.

mardi 8 décembre 2009

je n'y crois pas...


11777 passages sur ce blog, à ce jour, cette heure...tardive...00h21,(entre nous, je ferais mieux de dormir...) et si peu de commentaires....voyeurisme contre exhibitionnisme?
allez, une petite photo pour faire joli et puis HOP! dodo.
Vivement le printemps. Enfin, d'abord le sapin, noyel et les cadeaux....vivement le printemps.

lundi 19 octobre 2009

le souffle de la création


Pourquoi je me passionne autant à ce sujet là... je crois que, comme Cocteau (excusez du peu..) c'est parce que je pense que l'expression artistique est dans le vrai. les sciences crient des "vérités" qui sont contredites constamment. L'art, C'est une intimité qui s'exprime, c'est l'unicité de chacun, la particularité de l'ego, la somme des expériences. Cocteau dit:" pourquoi parler d'inspiration...il s'agit plutôt d'une expiration"...oui de l'intériorité de chacun s'extrait l'essence-ciel, qui s'étale, naissant à la vie extérieure. Comme une mise au monde... et comme il n'y a pas de grand changement qui s'opère sans une crise qui l'accompagne, l'acte de créer est permis par une mise en tension, puis un lâcher-prise...il ne doit pas y avoir de contrôle. Cocteau dit encore: la personne que vous voyez, ce n'est pas moi. Le vrai moi est la somme des multitudes d'expressions qui sont visibles dans mon œuvre.. je ne suis rien, je suis mon œuvre, mes créations...je ne suis rien, je suis un "passeur" d'idées, de sentiments, ma main travaille et je suis l'instrument d'une force intérieure qui s'exprime par cette main. J'ai repris ses idées avec mes mots, peut-être ai-je un peu travesti ses paroles mais je les ai intégrées ainsi. Cela m'arrange bien...

samedi 10 octobre 2009

la grosse Bertha


je me demande pourquoi, le savez-vous peut-être, on a affublé à cet engin de type phallique un prénom féminin...la guerre, c'est masculin, non?
Faites l'amour, pas la guerre...Obama a reçu une distinction qui le visserait? espérances?
Je ne suis pas certaine...les Hommes ont la mémoire courte!!
La Corée du nord est un pays en ruine, mais avec une armée très puissante...
renouons...ou laissons imploser ce pays?
Faut-il mettre le pied dans la M.....

Question.

samedi 26 septembre 2009

ether...


Notre existence se trouve entre deux éternités.

samedi 12 septembre 2009

champignon

C'est bientôt la saison, ou bien est-ce déjà passé?....pour les férus d'histoire, intéressant site à visiter
...
amanite phalloïde
...

samedi 5 septembre 2009

entre ciel et terre...


Le confiteor de l'artiste

Que les fins de journées d'automne sont pénétrantes ! Ah ! pénétrantes jusqu'à la douleur ! car il est de certaines sensations délicieuses dont le vague n'exclut pas l'intensité ; et il n'est pas de pointe plus acérée que celle de l'infini.
Grand délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer ! Solitude, silence, incomparable chasteté de l'azur ! une petite voile frissonnante à l'horizon, et qui, par sa petitesse et son isolement, imite mon irrémédiable existence, mélodie monotone de la houle, toutes ces choses pensent par moi, ou je pense par elles ( car dans la grandeur de la rêverie, le moi se perd vite !) ; elles pensent, dis-je, mais musicalement et pittoresquement, sans arguties, sans syllogismes, sans déductions.
Toutefois, ces pensées, qu'elles sortent de moi ou s'élancent des choses, deviennent bientôt trop intenses. L'énergie dans la volupté crée un malaise et une souffrance positives. Mes nerfs trop tendus ne donnent plus que des vibrations criardes et douloureuses.
Et maintenant la profondeur du ciel me consterne; sa limpidité m'exaspère. L'insensibilité de la mer, l'immuabilité du spectacle, me révoltent... Ah ! faut-il éternellement souffrir, ou fuir éternellement le beau ? Nature enchanteresse sans pitié, rivale toujours victorieuse, laisse-moi ! Cesse de tenter mes désirs et mon orgueil ! L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu.
Baudelaire

dimanche 9 août 2009

artiste que j'apprécie: MONTANARO


.....
allez voir de ce côté------->LA

mardi 4 août 2009

Jeff Beck...


...
Artiste qui était tenu par Jimi Hendrix comme un des meilleurs guitaristes de Rock and blues...Photo que j'ai prise à Juan au festival de Jazz (juillet 09)...out, car il n'y avait plus de place...prise dans un interstice entre 2 barricades...ceci dit, les notes n'étaient pas arrêtées par les palissades, l'air portait les sons au delà de nos espérances, les spectateurs in et out communiaient et pour ma part, je ne me suis pas vue mon APN confisqué à l'entrée, puisque je ne suis pas rentrée!

samedi 11 juillet 2009

RELAXATION


JE VOUS CONSEILLE LE TRAINING AUTOGÈNE DU DOCTEUR SCHULTZ...
...rendez-vous à mon cabinet ;-))
Vous avez testé autre chose??
bien à vous

mercredi 1 juillet 2009

ce que dure la rose...


...
La question du bonheur...., étymologiquement fugace comme" l'heure bonne" où la grâce de l'extase vous comble, vous trouve empli d'une grande sérénité, débarrassé des croûtes des soucis quotidiens...une perle rare dans un océan d'emmerdements...il faut savoir l'attraper, l'admirer, la savourer et ne pas la gâcher...

Passez tous de bonnes vacances revigorantes et bienheureuses...

Bien à vous

dimanche 28 juin 2009

perfection


...

La perfection est une chose insupportable.
[ Alix Girod de l’Ain ]

dimanche 21 juin 2009

rio de janeiro 2009, rio-ns un peu...

video

résistance


Ceci n'est pas une photo de moi, pour une fois...mais elle en dit long et je l'ai trouvée sur un journal que nous indique Scheiro dans twitter, à suivre donc sa piste pour y voir un peu plus clair dans la détresse des Iraniens qui espèrent liberté et démocratie contre une tyrannie fanatique soutenue par un groupe minoritaire qui se maintient au pouvoir grâce au trucage d'élections...voir encore le site de Nebo qui est bien documenté en l'occurrence et les photos sur flickr...

dimanche 7 juin 2009

miles 2

« La musique est une peinture que l’on peut entendre, et la peinture est une musique que l’on peut voir. »
Je ne savais pas Miles Davis peintre!

Bebe - Siempre Me Quedará

Bebe - Siempre Me Quedará

Shared via AddThis

Scheiro, j'espère que tu ne m'en voudras pas, mais j'ai beaucoup aimé cette chanson que je ne connaissais pas, alors je te l'ai..."piquée"!!

samedi 6 juin 2009

President Obama

extrait de son récent discours au Caire:

"We all know that there has been tension between the United States and some Muslim communities. But, as the President said this morning, if all sides face the sources of tension squarely and focus on mutual interests, we can find a new way forward.

...Majority-Muslim countries around the world are filled with extraordinary people who simply want to live their lives and see their children live better lives, just as in America. Indeed, part of what makes America great is having nearly seven million Muslim Americans living here today and enriching our culture and communities.

We can extend that kind of relationship abroad. It won't always be easy, but if we make an effort to bridge our differences rather than resigning ourselves to animosity, we can move toward a more peaceful world over time."

ça change de l'autre...ouf!

mercredi 3 juin 2009

Parcimonie


*******
Pourquoi jouer tant de notes alors qu'il suffit de jouer les meilleures ?
[ Miles Davis ]

***********

dimanche 24 mai 2009

10 000...

Je n'en reviens pas...Bientôt une 10 000 ième visite qui se prépare tout doucettement, presque clandestinement...non, non, j'ai vu!

Alors je tente de passer du virtuel au réel: il m'est venu une idée!!

La personne (qui sera quelqu'un), passant par là, qui actionnera la 10 000ième place au compteur pourra GAGNER, je dis bien gagner un CADEAU de ma part...il suffira de me laisser des coordonnées en commentaire.

Ce genre de chose, ça se fête!

Marrant, non?

samedi 23 mai 2009

éthique


L'aidos, shame, vergogna... sentiment d'être mortel, ce n'est pas comme être périssable. Etre mortel, c'est savoir que l'on va mourir, vivre dans un rapport au temps qui est surdéterminé par le fait que l'on sait que ce temps va s'arrêter un jour.

Toutes nos actions sont-elles surdéterminées par cette notion?

Où vivons-nous le plus souvent dans l'illusion d'une permanence de notre vie?

Notre mémoire se ride, le passé se rétrécit mais parfois il resurgit intensément.

j'ai revu l'école de mon enfance, celle-là même où j'appris les "maths modernes", compris l'altérité, la tolérance et la morale.

le soleil, après quelques apparitions timides, avait décidé de briller d'une lumière particulière...éclatante et intemporelle. Mirage du passé, comme dans un rêve. Les arbres avaient grandi...la pierre était restée, immuable. Et j'ai mesuré en moi les changements. Oui, le temps nous transforme, le vécu nous forge, l'expérience nous enseigne. Mais tout au fond, il est bon de sentir que l'on colle à ce que l'on est profondément.
Se chercher, cheminer, réfléchir, se poser et observer, ressentir et vivre l'instant présent.

mardi 12 mai 2009

Back...


je panse, donc je suis...hé voui, retour à la terre ferme...allez, au boulot, le travail, c'est la santé!
J'ai rempli mes yeux, mon APN, ma tête...un peu de calme à présent. Je vous écrit bientôt! car l'Héroïne a de quoi raconter....bla, bla, bla....
Merci de votre passage, Ariaga, Corto and Scheiro!

dimanche 3 mai 2009

samedi 2 mai 2009

rejoindre l'Autre


LE PETIT PONT DE BOIS
Paroles et musique: Yves Duteil


Tu te souviens du pont
Qu'on traversait, naguère,
Pour passer la rivière,
Tout près de la maison,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits.

Si tu reviens par là,
Tu verras la rivière
Et j'ai refait en pierre
Le petit pont de bois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois.

Elle suit depuis ce temps
Son cours imaginaire
Car il ne pleut plus guère
Qu'une ou deux fois par an
Mais dans ce coin de terre,
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères,
Mais dans ce coin de terre
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères
Pour aller nulle part,
Et pourtant j'en suis fier...

jeudi 30 avril 2009

émotion...

un concert fraternel autour de la terre...cliquez là.
A change is gonna come (vimeo)

mercredi 29 avril 2009

A-phorisme

Eternité est l'anagramme d'étreinte.
[ Henry de Montherlant ]

aphorisme:Phrase concise qui résume l'essentiel d'une pensée ou tire la leçon d'une expérience. (Larousse)

lundi 27 avril 2009

A-VENIR...


Il faut voir plus loin que le bout de son nez.

Bien à vous

samedi 25 avril 2009

Henri IV


"La différence entre l'homme politique et l'homme d'État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération".

James Freeman Clarke (1810-1888)

je l'ai croisé à Paris...Henry....Pour être accepté comme roi, il se convertit au catholicisme, et signa l'Édit de Nantes, le premier traité de paix autorisant la liberté de culte pour les protestants, qui mit fin pendant deux décennies aux guerres de religion. Il fut assassiné le 14 mai 1610 par un fanatique, François Ravaillac, rue de la Ferronnerie à Paris.

C'est à chaque fois pareil...

jeudi 23 avril 2009

perversité: ne pas oublier...voir l'innocence


"Les amateurs de fin du monde que sont les protagonistes du libertinage sadien préfigurent les "damnés" du nazisme qui faisaient de la tête de mort leur emblème et qui mettaient en système la double institution de la mort et du travail:"La mort est mon métier", dit Rudolf Lang(le Rudolf Hoess, commandant du camp d'Auschwitz)du récit de Robert Merle; il précise même dans sa déposition-confession:"je me concentrais sur le côté technique de ma tâche"; et ,au procureur qui s'écrie:"vous avez tué 3 millions et demi de personnes", il réplique froidement:"Je vous demande pardon, je n'en ai tué que 2 millions et demi". Cette exactitude effroyable est d'un industriel de la mort qui disait penser aux juifs en termes d'unités, jamais en termes d'êtres humains et qui était chargé de réaliser la Solution Finale en appliquant le principe dialectique atroce d'un autre cacique de l'Atlantide nazie, Himmler: la régénération de l'Homme par le travail conçu comme...moyen d'anéantissement du juif."
extrait du livre de Vignoles"perversités" en pdf sur l'excellent site de PhiloSophie de P.Hidalgo.

C'est pour cela encore et toujours, que je ne donne aucun crédit à Monsieur Mahmoud Ahmadinejad

samedi 11 avril 2009

le manège de la vie...



...

Voilà, je pense qu'en fait, tous le monde est mal dans sa peau. Non?
Prenez n'importe qui autour de vous, et demandez lui...

Il faut un certain courage pour pouvoir regarder en face et analyser ses déboires, insuccès, troubles, tracas. Ensuite, s'approcher au plus près de ses aspirations intérieures profondes, ne pas perdre de vue sa voie. Cette voie n'est pas forcément un sillon tout tracé. Bien au contraire, il faut parfois transgresser, détruire, renoncer pour ensuite entrer à nouveau dans du créatif, du passionnant, du renouveau.
Construire son moi, lui laisser la place de s'épanouir... mais sans tomber dans un nombrilisme égoïste et prétentieux.

Voilà, après avoir écouté "la forza del destino" de Verdi et notamment le duo magnifique de l'acte III avec Pavaroti, je vais me boire un bon café, manger un p'tit chocolat, (praliné au lait, mon préféré)et m'installer devant un film.
Un peu de calme, parfois, ça fait du bien.

Joyeuses Pâques!

vendredi 10 avril 2009

re-fl'ex-ion: jouons avec les mots.

Je dis: " Les mots sont comme des épis de blé...tout le monde ne peut en faire du bon pain..."

Que dites-vous des mots?

Vous paraissent-ils familiers, complices, légers?

A vous!

jeudi 2 avril 2009

Thanatos


...
Au jardin des Tuileries:statues en bronze du sculpteur roussillonnais Aristide Maillol (1861/1944)

Bibliodyssey est inépuisable, voir une de mes préférée pour l'heure...
sujet de terreur, pourtant sujet commun.
Il y a deux nuits de cela, j'ai ressurgi du fond de mon sommeil avec cette image sous les yeux. Curieusement, je n'avais pas peur. J'étais seulement attristée, au plus profond de moi.
...

...
détail du tableau de Bernat Martorell au Louvre:"la décapitation de St Georges"
....

Rêver la perte d'un être cher, cela s'apparente plutôt à un cauchemar.

La déception, la désillusion, la solitude, le silence, la crise...voilà bien des mots de désespoir, des vilains mots.
Le printemps est souvent le temps du réveil des sens, et curieusement c'est aussi à cette période que les suicides sont les plus fréquents.

Espoir, beauté, vie, amour, partage, amitié, douceur,nature, air, eau, ne sont-ils pas des mots plus ravissants?

Bien à vous

auprès de mon arbre


...
la la la la la
...

samedi 28 mars 2009

clarté


...
Quand il y a une lueur dans le brouillard, cela permet d'avancer. Parfois nous croyons y voir clair, et nous filons sans trop prendre garde aux embuches...et c'est tant mieux, car sinon, nous sommes pétrifiés, paralysés.
je ne peux pas m'arrêter.
Le mouvement, l'échange, le beau, le bon, cela est nécessaire.

mardi 24 mars 2009

night...


...

A. Gide :
Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant.

lundi 23 mars 2009

art2: foolish


L'art est un produit pharmaceutique pour imbéciles
(Francis Picabia)

Cela devrait faire plaisir à L.qui avait envie d'être cité! ;-)

PS: Imbécile, je pense que je le suis moi-même...wiki dit:
" Du moyen français imbécille, repris au XVe siècle du latin imbecillus (« qui manque de force physique et de réflexion »), mot d'origine douteuse ; on le fait quelquefois venir de in (privatif), et bacillus (bâton)...
Interprétation : qui marche sans bâton, qui apprend à marcher sans béquille au risque de faire des erreurs et de tomber. L'imbécile au sens étymologique serait donc celui qui n'a pas d'expérience et avance au risque de commettre des erreurs qui pourront le faire progresser.

mardi 17 mars 2009

Le pont des z'arts


++++++++++
Ah, c'était bien cette balade pont des arts, un soir.
l'air était doux et pourtant, c'était encore l'hiver,
il y a quelque jours. Le printemps se fait appeler Désiré.
J'y ai vu des gens, de toutes sortes, jongleurs et musiciens, de toutes couleurs,de tous pays. Oui, c'était bien.
Scheiro nous a pondu un bon billet sur la xénophobie ordinaire.

Là, sur le ponts des arts, ça se mélange darre-darre.

Et pourtant oui, il a raison de faire remarquer que la discrimination est toujours présente, salement. Je dis aussi que malgré quelques"humains" tolérants ou tendres envers leurs "frères" en humanité, il en est encore (et ils sont nombreux), à critiquer, railler, détester les autres "étranges"parce que différents.

Je confie que je rencontre aussi des tas de gens qui font des progrès par rapport à cette attitude convenu "d'ensouchés" méprisants et lourds.

Je pense qu'il y a de l'espoir.

D'ailleurs, dans mon cabinet de consultation, les femmes, qui partagent le même sort, celui d'attendre un enfant avec ce que cela peut comporter d'angoisses,les femmes de tout niveau social(femmes qui travaillent, d'autres étudiantes, ou une autre chômeuse, mère au foyer), femmes de toutes nationalités (Afrique noire, Kosovo, Asie, Afrique du Nord, France), ces femmes donc, se mélangent allègrement.
Et je ne fais pas de tri, quand je les regroupent pour leur préparation à la naissance! Beaux meli-melo...et finalement, règnent l'entente, le respect. Elles partagent un destin commun, celui d'attendre un enfant...et cela les rapproche, leur fait oublier leurs différences ethniques...d'un côté comme de l'autre.
Voilà, je crois que lorsque l'on partage une problématique commune, on est "obligé" de se rapprocher. L'attente d'un enfant n'est pas source uniquement de bonheur béat.
Cela inquiète aussi.
Je continue dans ce sens. Pour moi, le sang est du même rouge dans le coeur de chacune...je ne ferai jamais de différence quant aux soins que j'apporte à chacune.

"On est responsable de ce qu’on n’a pas essayé d’empêcher", disait (en substance) JP Sartre.

lundi 16 mars 2009

suzanne cyclone



....
Ne pas se laisser emporter dans l'infiniment petit.
Garder les yeux ouverts malgré les embruns qui brouillent la vue.
Rester lucide et aimant.
....

jeudi 12 mars 2009

Misanthropie....


......Photo prise sur un mur à Paris.........

......
Quand la déception s'installe, les relations humaines étant souvent compliquées, je regarde autour de moi et vois des signes...puis j'écoute la musique mélancolique de Chopin qui me réconcilie avec la nature humaine...car que devenons nous si la colère, l'aigreur, la rancœur s'emparent de nous? Une boule de chair informe et sans but.

mercredi 11 mars 2009

Ravel

Aller écrire un concerto pour la main gauche, dédié à un ami manchot...quel talent et quelle générosité. La musique est pathétique parfois, toujours poignante. J'aime.
...

...

lundi 9 mars 2009

souche-éléphant



Si l'éléphant, dit-on, a de la mémoire, qu'en est-il des arbres? Ils sont témoins, pour certains, d'innombrables années...pouvons-nous les écouter? En plaquant notre oreille sur leur écorce, arriverions-nous à entendre leur litanies ?

Leurs branches s'agrippent au ciel, et leurs racines s'enfoncent dans le sol, la terre, celle qui nous supporte. En brulant, ils dégagent un parfum particulier et l'eau leur est indispensable. Parmi eux, l'acacia dont le bois est imputrescible et dont on a fabriqué le coffre contenant l'arche d'alliance...

Moi aussi j'ai de la mémoire....je compile, rumine comme la vache, étant du signe du taureau, ce n'est pas un hasard, je présume...j'ai la curieuse tendance à ruminer, et digérer avec lenteur tous les événements, et situations qui font ma vie. Alors, un matin, je me réveille, et j'ai l'impression d'être lucide.
Je regarde l'arbre, le ciel, mes pensées s'envolent...je respire profondément...le printemps est à notre porte.

samedi 7 mars 2009

improve


Just improve yourself, that is all you can do to improve the world. Wittgenstein

....
L'étroite voie de notre ciel propre passe toujours par la volupté de notre propre enfer. Nietzsche

....

mardi 24 février 2009

chaine...:-)


Bon, voilà les gars, je sors la 6ième...je la trouvais bof, mais grâce à Scheiro, la voilà qui fait "bonne figure"!
Je vais donc, si j'ai bien compris, lancer quelques invitations, mais pourquoi diable, le chiffre 6 ??
Je vais réveiller j'espère Ulysse,
retenir Ariaga,
titiller Fiso
mirer Mutti
solliciter le musicien
inviter au jeu la géométrie spirituelle de Ned
Que cela peut-il bien donner??...telle l'enseigne d'un mini théâtre dans un immense cafarnäum!Donc....ljeu:
Choisir la 6ème photo dans son dossier le plus récent.
* La publier sur son blog
* Tagger 6 autres blogueurs et les prévenir sur leur blog...voilà!

dimanche 22 février 2009

Rabbi Moshé ben Maimon, Rambam dit MAÏMONIDE 1135-1204, Médecin, théologien talmudiste, philosophe espagnol

La Prière Médicale

La Prière Médicale qui lui est attribuée est parue pour la première fois en Allemand en 1783 sans que la trace d'un original en Hébreu ne soit mentionnée. Son origine est donc douteuse et pour certains elle aurait été composée à partir de la "Prière médicale d'un médecin juif de Rome" écrite par Jacob Zahalon au XVIIe siècle. Il est admis qu'elle correspond bien à l'esprit de Maimonide et à l'esprit des médecins juifs du Moyen Age. Le Pr Fred Rosner (in "la Médecine tirée du Mishneh Torah"), par exemple, estime qu'elle ne peut pas être antérieure à 1783.

"Mon Dieu, remplis mon âme d'amour pour l'art (médical) et pour toutes les créatures. N'admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m'influencent dans l'exercice de mon Art, car les ennemis de la vérité et de l'amour des hommes pourraient facilement m'abuser et m'éloigner du noble devoir de faire du bien à tes enfants. Soutiens la force de mon coeur pour qu'il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l'ami et l'ennemi, le bon et le mauvais.
Fais que je ne vois que l'homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair auprès du lit du malade et qu'il ne soit distrait par aucune chose étrangère afin qu'il ait présent tout ce que l'expérience et la science lui ont enseigné, car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.
Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Eloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout : car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l'amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l'âge de mes ennemis. Prête-moi, mon Dieu, l'indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.
Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Eloigne de moi l'idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l'occasion d'élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd'hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l'Art est grand mais l'esprit de l'homme pénètre toujours plus avant."
(Traduction tirée de : Soulier, Du Serment d'Hippocrate à l'éthique médicale, Thèse médecine, Marseille, 1985)

Je me sens bien proche de ce texte dans ma pratique médicale...

Ce qui est important aussi , je pense, est de donner une place à la spiritualité, l'Homme étant un "tout". Nous ne pouvons seulement soigner des corps sans garder en tête qu'un Être tout entier est là, confiant et demandeur de bons soins.
Bien cordialement à tous.

mardi 17 février 2009

l'héroïne s'envole...



L'héroïne s'envole...

Les violons de la musique du film La liste de Schindler, de John Williams, lui serrait tout doucement le cœur tout en la transportant dans ses pensées créatrices. Elle était installée du côté du hublot. Les quelques nuages blancs moutonnaient et se dispersaient sur l'immensité bleue. L'aile d'acier robuste et grise semblait posée sur l'air, un bruit sourd se mêlait au accords sensibles du violon qui larmoyait et glissait sur l'émotion. Elle eut à nouveau une envie irrésistible d'écrire, notamment après avoir revu sur un écran minuscule le magnifique film de Woody Allen qui décrivait si bien les difficultés amoureuses d'êtres pénétrés de passion. Elle se laissait alors aller à imaginer Paris, ses accords accordéon à la Yan Tiersen, qu'elle avait quitté quelques heures auparavant laissant derrière elle pour quelques jours les êtres qu'elle aimait.

Elle n'avait plus peur.

Soudain "ses pensées prirent le pas sur ses émotions"...quelle jolie phrase, pensait-elle, entendu dans la bouche du narrateur de Vickie, Christina, Barcelona. Elle la fit sienne tout à coup. Elle pouvait ressentir, se laisser aller à la contemplation, mais à cet instant précis, elle goûtait avec une acuité toute particulière l'instant présent; elle était réflexive, s'interrogeait même sur sa vie, ses choix. La notion du temps était bousculée: 5 heures de décalage horaire et 25° allait la séparer de son quotidien. Le voyage s'étirait, il ne restait plus que quelques heures. Au dessus de l'Atlantique, elle s'approchait lentement de Pointe à Pitre, à plus de 900 kms à l'heure. Quand elle regarda l'écran d'information, elle vit qu'elle avait parcouru en 5h30, 5157kms.

Elle avait eu enfin le temps d'étudier le mode d'emploi de son nouvel appareil photo, cela allait lui être très utile à l'arrivée: son envie d'emprisonner des images était vif.
Elle eu une pensée alors pour Marguerite Duras, femme dont elle admirait le travail, le style d'écriture, le talent. Les derniers romans qu'elle avait lus d'elle s'intitulaient :"l'Amant" et "Hiroshima mon amour" dont elle avait également vu une adaptation cinématographique.

Aimer,

Quoi de plus prégnant, de plus agréablement douloureux?

Quoi de plus ambigu?

Quoi de plus complexe?

Quoi de plus simple?

mercredi 4 février 2009

Médée

La haine:
elle est présente, partout. Elle transmue la souffrance ressentie en un autre sentiment fort, autant que l'est l'amour, ce que le malheur est au bonheur, ce que la mal est au bien.

L'investissement de l'objet par la haine permet de réaliser un compromis au désir de rejeter un objet dont on ne peut par ailleurs se séparer.


En lien à cela, le mythe de Médée:

Cette femme , selon certaines sources, décida de tuer ses propres enfants pour punir Jason de sa trahison. Il lui avait préféré une autre. Affreusement puni, il ne lui restait que la mort pour apaiser sa douleur. Médée pensait ainsi se sauver du chagrin causé par l'abandon de Jason, pensait se venger. Elle se remaria mais sa vie ne fut plus heureuse.

Le problème de tout homme est de repérer ce sentiment de haine en lui même. S'il y arrive, dès lors, il peut commencer un travail d'auto-analyse. L'individuation commence par là sa recherche identitaire Il peut alors s'ouvrir à l'altérité et la compréhension de l'Autre dans toute sa différence, dans toute sa signifiance.

Le contraire de l'amour étant l'indifférence, la haine a cela de positif qu'elle doit conduire à penser que deux ennemis peuvent se réconcilier. C'est toute la dimension surhumaine du pardon vrai.

Oui, C'est ce que je crois. Mais je me pose la question de l'inexplicable horreur qui pousse des êtres à tuer au nom de leur croyance, telle que "la race pure", "un Dieu tout puissant" ou d'autres fantasmes et qui, par absence de réflexion, ont laissé et laissent encore parler la haine sans l'analyser, sans la canaliser, sans la comprendre, sans la transformer.

L'accession à la paix intérieure débouche sur la paix avec les autres. L'humanité toute entière s'en porterait mieux. Non?

Bien à vous.

mardi 20 janvier 2009

obama


Il est particulièrement attendu ici, en Guadeloupe, où je passe un séjour paradisiaque..., Lincoln, Victor Schoelcher, et Luther King, and now....Obama!
un petit aperçu de l'endroit...
Bien à vous

dimanche 11 janvier 2009

Les beaux laids, les trompettes de la mort et autres champignons vénéneux...

Vous parlez d'un "tube"!
regardez, cela ne vous rappelle-t-il rien?
Voir aussi la suite...
Il ne faut en aucun cas minimiser ce qui se passe actuellement...ce n'est pas seulement une médiatisation à outrance...il se passe des choses graves...ne sentez vous rien?

L'antisémitisme ambiant et tristement récurent me fait frissonner d'horreur...

bon dimanche.

vendredi 2 janvier 2009

photos en B/W de Jim Sumkay

J'ai découvert ce photographe belge dont j'ai adoré le travail. Je vous donne le lien.

jeudi 1 janvier 2009

Que la joie soit dans les coeurs!


Beauté, Bonté, Amour, il ne faudrait en rêver pas plus pour que la planète aille mieux...souhaitons la paix sur terre de tout notre cœur!

Je vous souhaite à tous une année douce, heureuse et palpitante...