Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 28 août 2007

Homo homini lupus...


L'agressivité est l'expression d'une anxiété, une inquiétude, d'un malaise. Je l'ai souvent constaté. Elle est la mise en oeuvre d'affects intensément réprimés. Exprimer ses mouvements agressifs, tout en essayant de les analyser soi-même, ne pas se sentir atteint soi à l'expression de ceux des autres, est une condition pour qu'émerge une liaison solide et structurante. Etre à même de gérer l'agressivité dans son rapport à l'autre est un signe de maturité et de bon équilibre narcissique. Il faut l'accepter, la détourner de son propre égo, et aider l'autre à dire ce qui, bien au fond, est là qui le mine, l'effraie.
Se dénouent alors les cordes de la colère pour laisser place à la compréhension, et éloigne la mélancolie.

Ceci n'est pas une leçon de morale.

33 commentaires:

paradox a dit…

L'agressivité peut aussi être utilisée à volonté.

Il faut savoir se servir de ce booster qui permet d'augmenter sa propre force face à un problème qui vous dépasse; d'ailleurs, l'agressivité n'est qu'un moyen de survie, un sursaut de survie pour combattre l'adversité, pour combattre la fatalité qui s'organise pour barrer notre route.

Mais, je conviens qu'il est très facile de se laisser emporter alors qu'il faut, au contraire, dominer l'agressivité, afin de la rendre fertile.

Scheiro a dit…

Je suis d'accord avec Paradox : l'agressivité est une pulsion à ranger du côté de la vie. Mais, je me demande aussi ce que notre société entend par agressivité. C'est un mot qui revient très fréquemment sur les blogs où il est bcp question d'agressivité, de violence verbale. J'ai l'impression que la violence est ce qui fait le plus horreur aux blogcitoyens français. Mais je remarque aussi que c'est au nom de la non-agressivité que l'on se débarrasse vite de l'autre, que justement le niveau de tolérance est très bas. Ce qui permet d'éviter tout contact appuyé et de préserver son petit moi douillet. On vient sur le Web pour se montrer, mais défense de toucher. Mais si on ne touche pas, comment juger de la qualité de la fabrication de ce moi construit selon les methodes de Talylor à l'aide de machines psy, para-psy, zen, new, quantiques, coatchiques, etc ?

Astrale a dit…

agressivité: colère, réactions verbales ou physiques pouvant aller jusqu'à la violence.
je suis d'accord avec vous 2, en même temps, il a des limites à ne pas dépasser...l'intégrité physique et mentale de l'autre. Il y a des paroles parfois plus blessantes et insidieuses qu'une claque. Mais pour l'instant juste la violence physique est réprimée par la société.

paradox a dit…

La violence n'est que l'intensité de l'agressivité. Et encore, il existe des agressivités non violentes en apparence.

Ce qui compte c'est vraiment la maîtrise (pardon de me répéter) de cet agressivité, bien plus que la répression qu'elle suscite dans notre société.

Mais, pour maîtriser, il faut connaître et reconnaître : la prévension, et, bien plus encore, l'éducation, ou, plus exactement, l'instruction sont à privilégier; toutefois, ce que nous avons tendance à perdre c'est bien davantage la patience de l'apprentissage : "tout et tout de suite" est bien plus agressif que n'importe quelle violence exprimée, comment redonner l'envie de cultiver la patience? Cette notion devenue tellement ringarde.

Astrale a dit…

patience rime avec tranquilité...nous vivons actuellement dans une société de tourmentes:vitesse à tous les niveaux, frénésie, hyper consommation, bruit, lumières intenses...du calme, il faudrait que chacun puisse retrouver son calme...

nina de zio peppino a dit…

Ce sont des états que je n'arrive plus à gérer. l'anxiété m'a pousuivit toute ma vie. Fini.

Astrale a dit…

baisser les bras??

Scheiro a dit…

Ceux qui manoeuvre l'opinion n'ont aucun intérêt à ce que le calme s'installe. Le calme est propice à la réflexion alors que la consommation doit se faire sous le coup de l'impulsion. Le vote démocratique - un mot qui chaque jour me fait encore plus rigloler que la veille -, en passe aussi, par la manipulation des affects et la propagande ne joue que si l'électeur et électrisé.
Le calme n'est pas prêt de revenir !

paradox a dit…

Manipulation big brother high tech virulence consommation vitesse énergie publicité business bénéfice santé drogue art sexe jetset spot science

pas le temps de faire phrase vite

Astrale a dit…

laors je réponds vite vite...synchronicité ;-)

Scheiro a dit…

La gravure de Albrecht Dürer est fantastique !

paradox a dit…

VITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITEVITE

Ulysse a dit…

je suis passé mais j'allais si vite que j'ai raté mon post... wizzzzzzzz...........
sbarf! L'écran ça fait mal! j'arriverais jamais à blogguer en 8 mégas; ça va trop vite pour moi: je crois que je vais revenir en 56 K

Astrale a dit…

oui Scheiro,cher observateur à l'oeil
et à l'esprit pénétrant, cette gravure est fantastique, pleine de détails...

paradox, cher dessin-(narr)ateur,et l'esthétique visuelle des mots..;-)comme un train en marche!

Ulysse: vous le savez,cher philosophe, ne jamais revenir en arrière...même au risque de se planter! Ah, la philosophie de l'erreur...:-)

Marc a dit…

Salut Marie,
Là je suis parfaitement d'accord avec ton petit article : savoir gérer son agressivité est bien un signe de maturité. Et je ne vois pas l'agressivité comme un signe de force, mais bien de faiblesse.
En géopolitique nous avons un exemple clair d'agressivité avec la question du nucléaire iranien, l'agressivité américaine ou française en réponse à l'agressivité iranienne ne me semble rien augurer de bon pour le 21ème siècle. Comme disait Sting à propos de l'ex. URSS : "I hope they love their children too". Ghandi est mort depuis longtemps hélas, ce personnage me semblait bien plus "fort" que nos agressifs présidents d'aujourd'hui.

Astrale a dit…

Oui marc et si le film sur Ghandi est véridique, je le trouve alors admirable(le personnage)

Scheiro a dit…

La femme et le fils aîné de Ghandi n'étaient pas du tout du même avis que ceux qui se sont chargés de construire le mythe de l'homme humble et pacifique. Aussi, sachant cela, on comprend mieux Poutine lorsqu'il dit que seul Ghandi aurait été un interlocuteur valable pour lui ;-))

paradox a dit…

Euh, juste en parlant de Ghandi, et pour arrondir le mythe : il a quand même dit aux Anglais et aux musulmans qu'il faudrait lui passer sur le corps avant de fonder le Pakistan : il était contre la scission de l'Inde et préférait l'anarchie, fut-elle sanglante, car, il pensait que l'Inde finirait par trouver ses propres solutions tout en restant une : comme quoi, l'agressivité, voire la violence, ne rebutait pas ce grand homme (il savait pertinemment que l'Inde serait en proie aux massacres); d'ailleurs, sa désobéissante civique n'était qu'une forme d'agression au système britannique terriblement inique vis-à-vis des autochtones (surtout des classes dominées) : ce n'était qu'une agression non violente.

L'agressivité n'est qu'une réaction comme une autre : elle n'est simplement pas amicale.

Astrale a dit…

derrière le mythe, il y a forcément un homme, avec ses qualités et ses défauts, et également les pressions qui l'entourent.
je garde l'image de celui qui a défendu la cause de son peuple par la non-violence...

Marc a dit…

@scheiro : je vois que depuis vos propos sur Mandela, vous vous êtes trouvé un allié dans la démystification.
Mais vos réactions ne deviennent-elles pas trop prévisibles ? Si on parle de J.-J. Rousseau, vous direz qu'il a mis ses enfants à l'assistance publique. Voltaire ? Un affreux raciste et antisémite. Einstein ? Il a écrit à Roosevelt pour encourager les US à développer une bombe atomique et ne s'est pas occupé de son fils handicapé. Isaac Newton ? Misogyne notoire. Garry Kasparov ? Il a refusé de vous signer un autographe. Et Jésus-Christ, scheiro ? Que pensez-vous de Jésus-Christ : un faux pacifiste agressif qui fouettait les gens sur les marchés ?

paradox a dit…

Marc,
oui, même Jésus s'est laissé emporter par sa colère envers les marchands du Temple.

Oui Marie les hommes, même les plus pascifistes d'entre nous, sont capables d'agressivité et de violence : parce que le principe de vie repose sur une forme d'agression : pour vivre, il faut prendre son énergie quelque part, c'est la vivant qui impose cela, or, lorsque je prends mon énergie quelque part, je le prends en réalité à un autre être vivant : je l'agresse pour ma propre survie.

L'humain (ou tout autre être animal tout au moins) est agressif par nature.

Marc a dit…

Mais Ghandi était végétarien.
Bien sûr, on trouvera toujours des gens pour trouver que manger du foin c'est faire violence à l'herbe. Pour ma part je considère qu'un être disposant d'un système nerveux central, comme une vache par exemple, est plus sensible et souffrira plus des agressions que les purs végétaux.
Evidemment ce ne sera pas l'avis de ceux qui tiennent conversation avec leur ficus ou leurs géraniums .

Nebo a dit…

Dans son long long très long morceau, "Pouvoirs"... tiré de l'album du même nom, Bernard Lavilliers affirmait que "La Haine est un moteur auxilliaire"...

En effet, l'agressivité peut être, aussi, un Booster, quand acculés au mur, nous tentons une percée.

Par contre, les vrais guerriers issus de la Tradition, quant à eux, affirment qu'il faut parfois faire la guerre... mais sans haine !!!!!

Lorsque l'agressivité n'est que le résultat d'un manque de mots à mettre sur les maux... en effet... c'est inquiétant... et c'est bien, en gros, l'affaire de ce Monde (immonde ?) qui nous porte. Hystérie... Névrose... Psychose... Paranoïa... etc... etc... etc...

Scheiro a dit…

Si je ne suis pas tout à fait d'accord avec Paradox sur la question de l'art, je le rejoins complètement quant à ses commentaire.
On nous a bien trop poussé à culpabiliser face aux exactions des armées coloniales et certains en arrivent, comme Marc, à porter une telle culpabilité que tout adversaire des ex-empires européens est automatiquement rangée parmi les saints, ceux que les laïcs vénèrent à défaut de Saints Catholiques.
Mais, il suffit de lire ou relire Malaise ds la Civilisation pour y trouver un début d'explication à cette dévotions. Une simple pb de Surmoi :
"Comme la civilisa­tion obéit à une poussée érotique interne visant à unir les hommes en une masse maintenue par des liens serrés, elle ne peut y parvenir que par un seul moyen, en renforçant toujours davantage le sentiment de culpabilité. Ce qui commença par le père s'achève par la masse. Si la civilisation est la voie indispensable pour évoluer de la famille à l'humanité, ce renforcement est alors indissolublement lié à son cours, en tant que conséquence du conflit d'ambivalence avec lequel nous naissons, et de l'éternelle querelle entre l'amour et le désir de mort. Et peut-être, un jour, grâce à la civilisation, cette tension du sentiment de culpabilité atteindra-t-elle un niveau si élevé que l'individu le trouvera difficile à supporter. On songe ici à l'imprécation saisissante du grand poète contre les « puissances célestes » :

Vous nous introduisez dans la vie;
Vous infligez au malheureux la culpabilité
Puis vous l'abandonnez à la peine,
Car toute faute s'expie ici-bas ."

C'est parce que je connais mes classiques que je me permets d'ironiser sur les comportements de mes contemporains, Marc. Je relève des choses qui sont facilement visibles et interprétables pour peu qu'on s'intéresse au Sciences de l'Homme. Il ne faut d'ailleurs pas s'en tenir simplement à Freud d'autres travaux permettent de confirmer ou infirmer ce que l'on arrive à découvrir seul si on s'attelle à déchiffrer le monde dans lequel nous sommes condamnés à vivre comme des forçats ;-))

paradox a dit…

Nebo,

un soldat professionnel, un militaire, un guerrier dont la fonction et la condition sont de combattre, de faire la guerre, ne peut donc faire ce pour quoi il est prévu que sans haine, voire même avec amour, ou bien encore avec bonheur. Même si, parfois, la lassitude, la routine peuvent finir par l'écoeurer : vive la retraite ! (la finale, pas celle devant l'ennemi !)

Scheiro a dit…

La guerre avait pour fonction première la cohésion du groupe, et plus tard du peuple. Le Nous les Hommes contre Eux les Chiens. L'agressivité, la cruauté étaient des valeurs très estimées. Détruire les richesses de l'ennemie, violer ses femmes, trucider ses enfants, le réduire en esclavage était le but suprême de la vie. Et ça permettait de vérifier si les dieux ou Dieu était du bon côté. Voir les conquêtes territoriales, les Empires sous le seul angle de l'économie est un non-sens. La guerre saignait les finances de l'agresseur comme de l'agressé. Les routes marchandes étaient coupées. C'est l'avènement du capitalisme, la révolution bourgeoise et qui à conduit plus tard à la démocratie qui à commencer à bannir l'agressivité ruineuse. Les questions d'honneur et de vengeance ont été rangé au placard. Les flux commerciaux ne devaient plus être ralenti. Dans ce monde peuplée de lavettes, l'agressivité et vu comme une perversion, bien plus grave que la pédérastie. Un pd produit et consomme, un sauvage ne branle rien et détruit tout. la sécurité des biens et accessoirement des personnes prime. D'où la recrudescence des suicides seule forme d'agressivité rentrée et donc autorisée, mais aussi l'explosion des viols, puisque les femmes ne sont que des objets et que l'honneur de la famille ou du mari et une idée qui fait rigoler tous le monde. Vive la démocratie laïque, apathique et le peuple des larves !

Marc a dit…

Petit aphorisme à méditer :
Les opinions renseignent avant tout sur ceux qui les tiennent, bien plus que sur l'objet auquel elles prétendent se rapporter.

rémi a dit…

L'agressivité est l'expression d'une anxiété, une inquiétude, d'un malaise.

En partie seulement, c'est là l'agressivité de la victime (victime d'une menace extérieure ou de soi-même. L'araignée le lion and co sont agressifs sans anxiété ni inquiétude.

Il y a des idées, des attitudes, qui méritent d'être agressées, bcp auraient bien agressé Hitler.

cela dit, je joue ici à l'avocat du diable, contre l'angélisme ;o)

Astrale a dit…

Le combat: toujours à l'ordre du jour...il n'y a qu'à regarder les danses rituelles des débuts des matchs de rugby(c'est le moment d'en profiter)...mais je sais, je sais, les règles, le fair play, et tout et tout..c'est BÔ le sport...
A quand les rugby-women...hé bien non: les femmes, elles n'ont qu'à admirer les carrures démentielles sur calendrier, s'acheter les T-shirts appropriés ...et se la boucler!
Quant à la LAICITE: j'y tiens absolument!:-)

Scheiro a dit…

Je suis d'accord avec toi, Astrale : une société avec la laïcité comme pivot autorisant toutes les pensées et pratiques religieuses : scientologistes, créationismes, wahabisme ou salafisme, vaishnavisme, zoroastrianisme, etc. mais que cesse le préchiprécha des hommes sans réelle conviction qui s'en tiennent aux fadaises et à la morale bon marchée diffusée 24/24h sur les ondes de Radio-Allo-Maman-Bobo.

Astrale a dit…

Scheiro,Il n'y a d'interdit que les sectes où l'intégrité humaine n'est pas respectée. la laïcité c'est la séparation de l'église(des églises) et du pouvoir politique:c'est fondamental. Regarde ce qui est en train de se passer au maroc!!

Scheiro a dit…

Si tu compares le Maroc et l'Algérie, la situation est bien moins inquiétante dans le premier cas, car justement le roi tire sa légitimité d'un pouvoir transcendent. Et même si les islamistes radicaux gagnent un maximum de sièges à l'assemblée, ils auront du mal à mettre en cause son autorité garante d'une certaine stabilité.

Par ailleurs, nombreux sont les pays réellement démocratiques où la séparation de la religion et de l'état n'est pas faite comme en France. Aux USA, par exemle, on jure tjs sur le bible, le coran, etc. et je ne crois pas que ce soit la chose qui pose le plus de problème.

La laïcité n'a rien réglé en France et, pire, on attend le prochain Torquemada de la laïcité qui ne devrait plus tarder, vu la passion brûlante que les laïcs mettent au service de leur foi.

Scheiro a dit…

Qu'est-ce qu'une secte, Astrale et l'intégrité humaine c'est quoi ?
On va interdire les prisons françaises parce que l'intégrité des hommes et des femmes n'y est pas respectée ?
Au Maroc, le Roi est le garant d'une certaine stabilité sociale, justement par que c'est le commandeur des croyants. Donc, même si les islamistes prennent un maximum de sièges à l'assemblée, on ne se trouveras pas dans la même situation qu'en Algérie où le pouvoir étatique est pourtant indépendant du religieux. Bilan : 200.000 morts en 15 ans et encore un attentat aujourd'hui.

la plupart des véritables démocraties mondiales ne connaissent pas la séparation état/religion comme elle est appliquée en France. Et pourtant je ne crois pas que cela pose bcp de problèmes aux citoyens des pays en questions.

Par contre en France, je m'attends à voir débarquer le Torquemada de la laïcité bientôt, tellement la ferveur et l'intolérance des défenseurs de ce nouveau dogme est grande.