Une erreur est survenue dans ce gadget

dimanche 4 novembre 2007

garde à vous!

" La philosophie n'est pas l'art, mais elle a avec l'art de profondes affinités. Qu'est-ce que l'artiste? C'est un homme qui voit mieux que les autres car il regarde la réalité nue et sans voile. Voir avec des yeux de peintre, c'est voir mieux que le commun des mortels. Lorsque nous regardons un objet, d'habitude, nous ne le voyons pas; parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l'objet et nous; ce que nous voyons, ce sont des signes conventionnels qui nous permettent de reconnaître l'objet et de le distinguer pratiquement d'un autre, pour la commodité de la vie. Mais celui qui mettra le feu à toutes ces conventions, celui qui méprisera l'usage pratique et les commodités de la vie et s'efforcera de voir directement la réalité même, sans rien interposer entre elle et lui, celui-là sera un artiste. Mais ce sera aussi un philosophe, avec cette différence que la philosophie s'adresse moins aux objets extérieurs qu'à la vie intérieure de l'âme."

Bergson, le Rire

Il est difficile de donner une définition de l'art, et cependant nous cherchons toujours à le définir;rechercher la beauté; l'art ne se recopie pas.
L'art demande la créativité. Echapper à l'inconscient collectif, aux modes...ceux qui ont marqué leur époque ont le plus souvent cherché à sortir des conventions.

6 commentaires:

Marc a dit…

Oui, dans ce texte Bergson parle très bien de l'art. L'artiste nous fait voir ce qu'en regardant nous ne voyons pas d'habitude. Le rapport au réel de l'oeuvre d'art est ici clairement affirmé. C'est que loin de fuir le réel, l'artiste en dévoile toute la richesse. Or que voyons aujourd'hui ? Un certain nombre d'impostures de l'art contemporain et un goût déraisonnable du public pour les oeuvres fantastiques, cinématographiques en particulier. Il y a aussi un passage intéressant dans Ferdydurke de Gombrowicz, une digression sur l'art et l'écriture où l'auteur polonais fustige les adeptes d'un art formel pur, ce qui les conduit hors du réel et bien souvent à l'échec. Oui pour moi, l'art doit restituer les mille nuances du réel.
Un bon point pour Bergson donc, bien que sur la philosophie, je crains qu'il ne se faisait quelque illusion.

Ulysse a dit…

"bien que sur la philosophie, je crains qu'il ne se faisait quelque illusion" et peut on avoir quelque raison, motif ou argument pour convenir avec vous de la noblesse de ce sentiment?

Car à tout bien y réfléchir la caractérisation de l'artiste comme visionnaire[C'est un homme qui voit mieux que les autres car il regarde la réalité nue et sans voile] ou l'idéal prométhéen qui s'y dissimule [Mais celui qui mettra le feu à toutes ces conventions] ne soient pas exactement la manière la plus adéquate de se représenter l'un et l'autre : cela fait un peu « philosophe de salon » – dont le type a été inauguré au début de ce siècle par Henri lui-même …

C'est un lieu commun de dire que nous avons cinq sens et, à première vue, chacun d'eux est comme un monde sans communication avec les autres. La lumière ou les couleurs qui agissent sur l'oeil n'agissent pas sur les oreilles ni sur le toucher. Et cependant on sait depuis longtemps que certains aveugles arrivent à se représenter les couleurs qu'ils ne voient pas par le moyen des sons qu'ils entendent. Par exemple un aveugle disait que le rouge devait être quelque chose comme un coup de trompette. Mais on a longtemps pensé qu'il s'agissait là de phénomènes exceptionnels. En réalité le phénomène est général. Dans l'intoxication par la mescaline, les sons sont régulièrement accompagnés par des taches de couleur dont la nuance, la forme et la hauteur varient avec le timbre, l'intensité et la hauteur des sons. Même les sujets normaux parlent de couleurs chaudes, froides, criardes ou dures, de sons clairs, aigus, éclatants, rugueux ou moelleux, de bruits mous, de parfums pénétrants. Cézanne disait qu'on voit le velouté, la dureté, la mollesse, et même l'odeur des objets. Ma perception n'est donc pas une somme de données visuelles, tactiles, auditives, je perçois d'une manière indivise avec mon être total, je saisis une structure unique de la chose, une unique manière d'exister qui parle à la fois à tous mes sens. Ajoutait merleau-Ponty.

Ceci devrait laisser entendre à quiconque qu’il est parfaitement inutile en matière d’art de valoriser quelque style ou école au détriment des autres… ce qui en le cas s’apparente alors à l’activité philosophique critique en son sens noble. Et là on peut être en accord avec Bergson.

paradox a dit…

Nous avons d'autres sens que les cinq : l'équilibre, l'intuition (celui que souvent on appelle sixième), en voyez-vous d'autres ?

La parole peut-être ? Une sorte d'écholocation humaine, pour faire un parallèle pas si parallèle que ça...

La communication est-elle un sens ?

Marc a dit…

Je ne répondrai pas ici sur la philosophie et Bergson, je prépare un article (polémique, lol) sur la philosophie mais je le réserve pour mon site. C'est assez fatiguant et je ne sais pas combien de temps ça va me prendre (re-lol).

Le développement d'Ulysse sur l'intégration des cinq sens en une perception unique me semble très intéressant. D'accord aussi avec sa conclusion sur les différentes écoles qui ne sont pas faites pour être jaugées les unes par rapport aux autres. Un petit bémol juste pour certaines formes contemporaines qui parfois ressemblent trop à l'école de la paresse ou de l'esbrouffe de mauvais goût.

Je reviens sur cet apparté dans le message d'Ulysse, mais sans aucun esprit polémique, je préfère le préciser : "[L'artiste] est un homme qui voit mieux que les autres car il regarde la réalité nue et sans voile"

Je ne dirais pas ainsi. Il me semble au contraire que la réalité n'est jamais nue et sans voile. C'est justement là qu'intervient l'artiste, il voit plus profond, il voit en quelque sorte au travers des voiles.

L'intérêt par exemple du courant littéraire du XIXème siècle appelé réalisme et naturalisme, n'est pas une description nue ou plate d'une réalité nue et plate. Dans les nouvelles de Maupassant, mon écrivain préféré de ce courant, au-delà du pessismisme, voire de la noirceur, il y a une sensibilité humaine et une finesse d'analyse rendues à merveille par le style dépouillé et précis de l'auteur.

Mais en fait je ne dirais pas non plus que l'artiste "voit" mieux que quiconque. Peut-être, de part son art justement, a-t-il mieux la capacité de rendre ce qu'il ressent. Par ex. j'ai des choses en moi qui ressostiraient très bien sous forme graphique, mais je suis une naille en dessin ! L'artiste est aussi un bon "technicien".

Marc a dit…

Ah oui, je précise, l'aparté cité par Ulysse n'est pas une position qu'il défend mais qu'il critique. Ainsi il y aura encore moins de polémique est c'est très bien !

Marc a dit…

Bon dsl, encore moi. Finalement, c'est plus fort que moi, je n'ai pas pu résister, je repars au combat. Je ne sais si ça suffira à relancer le forum philo, endormi assez profondémment mais mon sentiment à propos de la philosophie est ici
En me forçant un peu, j'ai même réussit à citer Bergson, lol !

(je sais, je suis scotché à l'ordi, je devais pourtant faire de la maçonnerie. Ouille ouille et ma femme qui va bientôt rentrer...)